Les fautes des médias et des personnalités passées au peigne fin

0

A l’heure où de nombreux discours sont prononcés à travers la France, force est de constater que les fautes d’orthographe et de grammaire sont aussi d’actualité. Les politiciens comme les médias s’en donnent à cœur joie, malgré eux. Alors revenons sur les dernières “coquilles” du moment…

Nous connaissons tous le franc-parler de Nicolas Sarkozy qui est un habitué des fautes de syntaxe et de conjugaison. Son plus “bel” exemple en la matière est sans aucun doute “les hommes qui se batturent(discours prononcé le 18 juin 2010, lors des commémorations à Londres du 70e anniversaire de l’appel du Général de Gaulle). Une faute qui fait mauvais effet pour un président. S’il avait utilisé l’outil conjugaison de reverso.net, l’erreur aurait pu être évitée.

D’autres erreurs sont dissimulées de temps en temps dans les discours mis en ligne sur des sites officiels. C’est le cas du discours prononcé lors du salon du Bourget en 2011, où il est écrit : “Et si nous n’avions pas agi, que ce serait-il passé ?”. Elle aurait pu passer inaperçue si Le Petit Journal ne s’était pas fait alors une joie de relever toutes les fautes de ce discours, corrigées depuis, sauf celle-ci.

Dans la famille “invention de mots”, on peut compter sur Ségolène Royal avec son célèbre “bravitude” prononcé lors d’un voyage en Chine en 2007 (voir la vidéo) . Dans la même catégorie, Jean Luc Mélanchon, a surpris sûrement de nombreux téléspectateurs lors de l’émission Paroles de candidat sur TF1 (le 5 mars 2012) avec ce mot : partidaire encore inconnu au bataillon des dictionnaires.

Mais les politiciens ne sont pas les seuls à laisser des fautes dans leurs écrits. Les médias aussi !

Tout le monde se rappelle la coquille sur la une de Libération, le 9 janvier 2012 : “30 % n’exclueraient pas de voter Le Pen”. Malheureusement pour Libération, le verbe “excluer” n’existe pas encore, ce qui aurait justifié l’ajout du “e”. Un petit tour sur le conjugueur Reverso aurait évité cette malencontreuse faute passée à travers les filets du journal quotidien.

Personne n’est à l’abri de fautes de français. Voilà pourquoi, vos textes ne pâtiraient pas d’une petite correction ! Avec le correcteur intelligent Reverso, pour ne pas le citer. Un outil qui combine efficacité, qualité et gratuité. Il met en évidence les fautes et vous explique pourquoi : un bon moyen de ne plus faire les mêmes erreurs.

 

Parce que même les meilleurs peuvent se tromper, utilisez sans hésiter notre correcteur intelligent

 

Tags:

Laisser un commentaire

*

 

© 2013 Le Blog Reverso. All rights reserved.
Proudly designed by Theme Junkie.